2009/12/31

2009 Gigography



2009-01-15 Radio Canada, Montreal Canada
2009-01-15 Club Soda, Montreal Canada
2009-01-16 Le Theatre Granada, Sherbrooke Canada
2009-01-17 Imperial, Quebec City Canada
2009-01-27 Rolling Stone, New York, NY USA
2009-01-30 The Bell House, Brooklyn, NY USA
2009-01-31 The Bell House, Brooklyn, NY USA
2009-03-03 Aeronef, Lille France
2009-03-04 La Laiterie, Strasbourg France
2009-03-05 L'Autre Canal, Nancy France
2009-03-06 Noumatrouff, Mulhouse France
2009-03-07 L'Atelier, Cluses France
2009-03-10 FNAC Instore, Dijon France
2009-03-10 La Vapeur, Dijon France
2009-03-11 FNAC Instore, Lyon France
2009-03-11 L'Epicerie Moderne, Feyzin France
2009-03-12 FNAC Instore, Toulon France
2009-03-12 Omega Live, Toulon France
2009-03-13 Le Rockstore, Montpellier France
2009-03-14 Le Bikini, Ramonville France
2009-03-16 Espace Tatry, Bordeaux France
2009-03-17 Cooperative de Mai, Clermont-Ferrand France
2009-03-18 6 par 4, Laval France
2009-03-19 L'Astrolabe, Orleans France
2009-03-21 Dialogues Musiques Instore, Brest France
2009-03-21 Espace Vauban, Brest France
2009-03-23 Cabaret Electric, Le Havre France
2009-03-24 EXO7, Rouen France
2009-03-25 France Culture Radio, Paris France
2009-03-27 EMB, Sannois France
2009-03-28 Europe 1 Radio, Paris France
2009-03-28 Le Plan, Ris Orangis France
2009-03-29 File 7, Magny le Hongre France
2009-06-06 Finnegans Shamrock, Minneapolis, MN USA
2009-06-16 Trinity St. Paul's Church, Toronto Canada
2009-06-17 Le Mouton Noir, Val-David Canada
2009-06-17 Le Mouton Noir, Val-David Canada
2009-06-18 City Winery, New York, NY USA
2009-07-17 Festival des Vieilles Charrues, Carhaix France
2009-07-19 Thekla, Bristol UK
2009-07-20 Brudenell Social Club, Leeds UK
2009-07-21 The Deaf Institute, Manchester UK
2009-07-22 The Bodega, Nottingham UK
2009-07-23 Bush Hall, London UK
2009-07-24 Festival Cabaret Frappe, Grenoble France
2009-07-25 Festival Fnac Indetendances, Paris France
2009-08-08 Festival des Musiques Actuelles, Alma Canada
2009-08-28 City Winery, New York, NY USA
2009-09-04 City Winery, New York, NY USA
2009-09-12 Live@Drew's, Ringwood, NJ USA
2009-09-20 Arts YOUniverse, Wilkes-Barre, PA USA
2009-09-25 City Winery, New York, NY USA
2009-09-26 Concerts in the Studio, Freehold, NJ USA
2009-10-08 Olympic, Nantes France
2009-10-09 Le Chabada, Angers France
2009-10-10 La Nef, Angouleme France
2009-10-11 Adjololo, Freigne France
2009-10-14 La Luciole, Alençon France
2009-10-15 Café de la Danse, Paris France
2009-10-16 Café de la Danse, Paris France
2009-10-16 Le Cargo, Paris France
2009-10-17 4AD Club, Diksmuide Belgium
2009-10-18 AB, Brussels Belgium
2009-10-21 Alhambra, Geneva Switzerland
2009-10-22 El Lokal, Zurich Switzerland
2009-10-24 Le Poste a Galene, Marseille France
2009-11-06 City Winery, New York, NY USA
2009-11-26 Gallery 360, Toronto Canada
2009-11-27 Old Town School , Chicago, IL USA
2009-11-28 Bryant Lake Bowl, Minneapolis, MN USA
2009-11-28 Bryant Lake Bowl, Minneapolis, MN USA
2009-12-30 Johnny Brenda's, Philadelphia, PA USA




CONCERT POSTER : 2009-10 French Solo Tour


Thank you Ben !




REVIEW : Temporary People - PopMatters


BY EVAN SAWDEY

26 January 2009

Note : 7 of 10 stars


Show a Little Faith in Me

What an absolute pleasure it is to write this review. For the longest time, it felt as if once-notable folk-rock troubadour Joseph Arthur had lost not just his muse, but his mind. Ever since forming his Lonely Astronaut record label/backing band, Arthur seemed content just releasing anemic rock jams for the rest of his life, something that came to harsh light in 2008, when Arthur released one terrible EP after another after another. All the EPs were released as a run-up to Temporary People, Arthur’s first full-length since 2007’s insufferable Let’s Just Be. Needless to say, the cards were not stacked in Arthur’s favor.

So imagine the surprise to be had when you pop in Arthur’s new disc, Temporary People, for the first time. No, it doesn’t reach the previous heights reached by 2002’sRedemption’s Son, but to say that this is Arthur’s best release in years would be something of an understatement. Gone are the drum-machine dance-rock experiments, the late-night Lonely Astronaut meandering jam sessions, and the distorted-to-the-point-of-being-indecipherable vocals. By flushing out all of his half-hearted obsessions with his quadrilogy of ‘08 EPs, it seems that the only option Arthur left himself was to record nothing but solid, sturdy, memorable songs—and what a blessing it is.

“Temporary People” opens the set, sounding like the most focused song Anton Newcombe never wrote, replete with “la la” backing vocals and Arthur’s paranoia-in-isolation lyrical stance. The Lonely Astronauts, before just a collection of ho-hum jam buddies, burst into the scene this time out, giving the title track a fully-bodied feel that strengthens over the course of five minutes, climaxing with Arthur’s wild-yet-focused guitar solos and a prevailing sense of, well, fun…something Arthur hasn’t exhibited in his songwriting for some time.

Arthur’s newfound infectious love of songwriting carries through on several of Temporary People‘s best tracks, like the positively propulsive rocker “Dead Savior”, a song that uses its slide-guitar and male vocal harmonies to almost become a barn-burning country rocker. But it never quite reaches that point, largely due to Arthur’s delightfully sarcastic delivery. Some songs drip with irony while others turn out to be a bit more heart-felt, such as the fantastic “Heart’s A Soldier”, which one-ups the Killers’ “I got soul / But I’m not a soldier” singalong by bringing in even more people to chant an ode for Arthur and Arthur alone: “It’s a real tough life when you’re searching for ecstasy / so go on / show a little faith in me”. It feels as if, for the first time in a long time, Arthur has stopped writing songs just because he can. He’s writing them because he actually has something to say.

Yet a few things keep Temporary People from being a late-period masterpiece for Arthur. First of all, though this disc is free of a single outright terrible moment, some of the good-to-average songs sound weaker when placed in the middle of this album, getting lost in a mid-tempo slush that lessens their impact. “Turn You On” is a fine, almost Dylan-esque rocker by itself. It just feels a lot less special coming off the heels of both “Heart’s a Soldier” and the jazzy “Dream Is Longer Than the Night”. This problem of sequencing also weakens closing track “Good Friend”. It’s a fine lament on its own, but a remarkably uninteresting way to close the album. Though some tracks will be memorable on their own and in the context of the album (the rousing “Look Into the Sky”), others, like the fairly bland “Drive”, just get lost in the shuffle.

At the end of the day, however, there is truly much to celebrate with Temporary People. It is Arthur’s best, most enjoyable work in years, and a very good sign for what’s to come. It may not be Arthur’s masterpiece, but it leaves you thinking that perhaps, just perhaps, his defining statement might be just around the corner.


REVIEW : Temporary People - Patrolmag.com


by TIM ZILA on JANUARY 16, 2009


THE UNFORTUNATE result of releasing new music every month is that sometimes, when the real record comes around, the world is too used to your presence to notice it. The prolific Joseph Arthur’s Temporary People hit last September and has yet to be reviewed by Pitchfork, Pop Matters, Entertainment Weekly, Blender, Paste, orRolling Stone. (The lone dissenter: a one-paragraph Spin review.). And just to clarify, Arthur’s not an unknown artist. He gets reviews—good ones—from the likes of Pitchfork and Paste. But the curse of Arthur’s prolificness is that it downplays his sometimes quality, sometimes inventive output.


That’s a shame for Temporary People, Arthur’s most diverse, gratifying album yet. Starting with the title track, which plops well timed piano chords and electric guitar riffs atop an acoustic structure that carefully avoids mimicking “Slow Me Down” (from this year’s Vagabond Skies EP), the album sees Arthur balancing his penchant for country, pop, gospel, and more experimental fare. Unlike last year’s trainwreck effortLet’s Just Be (which might be code for “lets record a bunch of mostly bad songs and just let them be”), it’s concise and controlled. As time has shown, Arthur achieves his best results when he reigns in he and his band’s more indulgent tendencies.

On “Heart’s a Soldier”, Arthur enlists a choir of background singers and puts on his deepest gospel voice for the first chorus (“Go on, go on/Show a little faith in me”) and the even better second chorus (“It’s a real tough life when you’re searching for ecstasy.”) I can’t be entirely sure whether he’s talking about the abstract noun or the illicit substance, but my money’s with the drug. “Turn You On” exercises Arthur’s falsetto on the album’s most believable lyric (“You say/I don’t turn you on/Until/It’s time for me to go”) and adds a wandering organ line.

Not everything works perfectly (see the sitar on the otherwise classic-rocky “Faith”) but almost none of it—and this is a big plus for Arthur—is blatantly out of place. The most malignant track is “A Dream is Longer than a Night,” where Arthur puts on his best Yorke imitation and waxes Radiohead; the track fails to do anything more than stick out awkwardly. Thankfully it’s only two and a half minutes long.

Most everything else on Temporary People speaks to a much-needed Arthur rejuvenation. He’s still the same quasi-Christian spiritualist, spinning tales of drug addiction and ever-lingering hope that’s always just a bit out of reach. He condenses and channels his best qualities here, just don’t be surprised if it takes a handful of EP’s and another album before it happens again. If there’s one thing we should have learned about Arthur by now, it’s that he is by turns indulgent and restrained, sloppy—but meticulous and inspired when he decides to be.



2009/12/30

2009-12-30 - Johnny Brenda's, Philadelphia



On Stage :

Solo concert

Birdie Busch & the Greatest Night opened the show


Setlist :
vacancy
can't let you stay
all the old heroes
watch our shadows run
exhausted
could we survive
redemption's son
birthday card
too much to hide
honey and the moon
black lexus


Recording :



2009/10/24

2009-10-24 - Le Poste a Galene, Marseille

by florence rougny


On Stage :

Solo concert


Setlist :

vacancy #
devil's broom  #
can't let you stay #
a smile that explodes #
watch our shadows run #
mercedes
exhausted
ashes everywhere
birthday card
famous friends along the coast
in the sun
redemption's son
lonely astronaut
all the old heroes
black lexus
electrical storm
slide away
i donated myself to the mexican army
temporary people
honey and the moon #

you are free %
september baby %


# not on the sbd recording
% acoustic at the merch table


Recording :

The concert was officially recorded, and was available for download on JA's website.









by florence rougny




2009/09/25

2009-09-25 - City Winery, New York


On Stage :

Double bill, with Rene Lopez


Setlist : 

chicago *
watch our shadows run *
even when yer blue *
could we survive
nuclear daydream +
soy captain +
i donated myself to the mexican army +
take me home #
slide away +
honey and the moon
black lexus +

you are free + (acoustic at the merch table)


+ with Kraig Jarret Johnson (guitar) and Greg Wiz (drums)
# with Kraig Jarret Johnson (guitar) 

* not on the sbd recording 


Recording :

This concert was officially recorded, and sold on CDr after the show.



Poster :




2009/03/25

2009-03-25 - France Culture, Paris


On Stage :

Show "Le Rendez-Vous"
with the Lonely Astronauts :
Kraig Jarret Johnson (guitar)
Sibyl Buck (bass)
Greg Wiz (drums)


Setlist :

faith
turn you on


Recording :

2009-03-25 France Culture Session MP3






2009/03/21

INTERVIEW : 2009-03-21 Joseph Arthur sur les pas des géants (by Damien Goret)



Il est un monument du folk moderne. Après douze ans de carrière, Joseph Arthur reste un artiste insaisissable qui n'a cessé d'évoluer. Il se produit ce soir au Vauban. C'est sa seule date dans l'Ouest. 

Après avoir longtemps oeuvré en solo, vous voilà accompagné d'un groupe (The Lonely Astronauts, NDLR). Cela a-t-il changé votre approche musicale? 

C'est une progression naturelle, tout simplement. Jouer avec un groupe m'a apporté beaucoup de vitalité. 


Vous êtes passé du label «Real World» à celui de «Fargo», et vos albums sonnent désormais plus rock. Hasard ou coïncidence? 

Le label n'a rien à voir là-dedans. Le son rock est venu de lui-même. Mon but, c'est d'écrire une oeuvre générale. Du coup, je tente d'explorer tous les chemins possibles. Je travaille actuellement sur mon prochain album et il sera encore différent de tous ceux que j'ai déjà écrits. 


On vous a souvent comparé à un Bob Dylan moderne? 

Quel songwriter moderne peut renier Dylan? Quel songwriter moderne peut dire qu'il ne lui doit rien? Pas moi, en tout cas. Dylan, c'est une montagne et j'accepte la comparaison. 


D'ailleurs, sur votre dernier album «Temporary People», Garth Hudson, membre mythique du «Band» de Dylan, vous accompagne... 

Oui... Aujourd'hui encore, il y a des fois où je suis obligé de me pincer pour y croire. Ça semble simple avec Garth Hudson: tu lui proposes une ligne mélodique, il la joue et la transforme. Au final, elle est bien plus belle que celle que tu lui avais proposée. 


Vous avez une idée du concert que vous allez proposer aux Brestois? 

Non, pas vraiment. Je joue souvent à l'émotion, par rapport à l'accueil du public. Les derniers concerts, j'ai commencé par des choses assez intimistes et puis ça s'est terminé de façon très dynamique. Donc, je ne sais pas: éclectique, sûrement. Ce qui est sûr, c'est que je vais sortir mes tripes 





2009/03/13

INTERVIEW : 2009-03-13 Tardigrade Pictures/DivergenceFM, Joseph Arthur, l'Interview







Rencontre avec Joseph Arthur, song writer américain qui commence sérieusement à s’imposer dans la durée, pour preuves ses premiers albums ont bercé mon adolescence et c’est un trentenaire qui écrit ces mots. 
Pour avoir croisé la route de ce grand monsieur par deux fois, je suis sûr d'une chose c’est qu’on ne ressort pas indifférent d'un de ses concerts. 
Pour cette date à Montpellier, un concert d’à peu près deux heures s’est joué pour le plaisir de nos sens. 
Comme si cela ne suffisait pas, l’artiste en remet une couche en poussant la chansonnette a capella derrière le stand où se vendent ses albums et l'intégrale du concert qu’il vient de jouer sur cd gravé. (Chose rare après un concert) 
Interview de 15mins pour découvrir une partie de la personnalité de ce grand monsieur. 


Sous titre dispo en français .

2009/03/11

2009-03-11 - FNAC, Lyon


On Stage :

Instore concert with the Lonely Astronauts :
Kraig Jarret Johnson (guitar)
Sibyl Buck (bass)
Greg Wiz (drums)


Setlist :

speed of light
when i was running out of time
turn you on
fast as fate
faith
all the old heroes
even when yer blue

Recording :

This Instore session was recorded and shared by LonelyAstronaut, aka Xavier.

2009-03-11 MP3














2009/03/07

2009-03-07 - L'Atelier, Cluses


On Stage :

Concert with the Lonely Astronauts :
Kraig Jarret Johnson (guitar)
Sibyl Buck (bass)
Greg Wiz (drums)


Setlist : 

famous friend along the coast *
she paints me gold *
call *
too much to hide
spacemen
temporary people
fast as fate
faith
slide away
wait for your lights
music for people who hate music #
in the sun #
september baby #
woman #
tv eye (the stooges cover) #
turn you on #
you are free **

* joseph solo
# with ed harcourt
** acoustic at the merch table


Recording :

This concert was officially recorded, and sold on CDr after the show.



Poster :






2009/03/02

INTERVIEW : 2009-03-02 Je continue d’évoluer, et ça m’inspire (by Marie Castro)



Le chanteur américain pop folk Joseph Arthur sera ce mardi soir en concert à l'Aéronef de Lille avec Les Lonely Astronauts pour son septième album « Temporary People ». 

Interview sur le fil du rasoir depuis New York.
Avec un chanteur lunatique, qui, sans ses Astronauts, se montre peu coopératif.


Comment définiriez-vous votre nouvel album ?

Le dernier album est le disque d’un groupe, avec un son collectif. Silence. Je ne sais pas, c’est une question difficile parce qu’il s’agit surtout d’écouter la musique.


Votre album s’intitule Temporary people ? Que voulez-vous dire par “temporary people” ? Des gens qu’on rencontre furtivement et qu’on ne revoit plus ?

Oui, cela peut signifier cela mais cela signifie aussi … qu’il y a plusieurs strates de vie, que la mort, un jour ou l’autre, est inéluctable, et que vous ne vivez que temporairement.

Quel est le thème de l’album ?

Le thème global, c’est la survie. Oui, hum. Un combattant, être un survivant. Survie, survie. C’est dur de … heu, vous savez, heu … (silence) d’exprimer en mots ce qu’on fait en musique.


Vous n’avez pas de concept. Vous ne pensez pas, vous faites ?

Exactement ! C’est une intuition, je fais les choses.

Pour cet album avec les Lonely Astronauts (le groupe qui l’accompagne), comment avez-vous travaillé ? Seul au départ, ensemble ensuite ?

D’habitude, j’écris seul même si plusieurs chansons de l’album sont le fruit d’une collaboration, quand nous étions tous ensemble. Mais en ce moment, je travaille de nouveau seul sur un prochain album.

Vous avez chanté seul jusqu’en 2006 jusqu’à votre rencontre avec Les Astronauts. Pourquoi passer du solo au collectif ?

Je pense que c’est important de changer, de faire des choses différentes, autrement vous vous ennuyez très vite. Cela fait partie de l’évolution, on suit l’inspiration. Je me suis retrouvé avec ces gens et il y avait une réelle alchimie entre nous.



Dans quelles circonstances s’est formé le tandem Joseph Arthur et les Lonely Astronauts ?

Autour de Nuclear Daydream, mon avant-dernier album. Ensuite, nous sommes partis en tournée. Il s’était produit une certaine alchimie quand nous jouions ensemble.

Comment voyez-vous le futur ? Poursuivre seul ou rester en groupe ?

Hé bien,… encore une fois, c’est une question de changement. J’ai enregistré plusieurs albums sous mon nom, ensuite j’ai chanté avec le groupe, puis j’en reviens à travailler comme j’en avais l’habitude, seul. C’est même une nouvelle expérience car je n’avais pas travaillé de cette façon depuis un moment.

Vous avez retrouvé l’inspiration pour travailler seul ?

J’ai toujours gardé l’inspiration parce que je continue d’évoluer, et ça m’inspire. Mais le truc, c’est que quand tu fais quelque chose de différent, tout le monde veut que tu expliques pourquoi tu fait quelque chose de différent (gros rire agacé). Tu vois ce que je veux dire. Why, why, why , pourquoi fais-tu cela ? Pour moi, c’est juste que… n’est-ce pas évident. Si tu faisais la même chose tous les jours (rire agacé bis), tu vois ce que je veux dire, pourquoi manger un plat différent à tous les repas … Tu dois changer les choses !

Si les choses changent et que tu résistes, tu es du côté de la mort, et si tu ne résistes pas, tu es du côté de la vie. Je suis du côté de la vie, you know what I mean… (pas vraiment …) Et je dois m’expliquer sans arrêt, ça en devient affolant. Je n’ai pas changé de façon extrême, you know what I mean, c’est juste un changement global...

Mais vous êtes quand même plus « rock » maintenant ?

Non, je ne le suis pas ! (agacement) J’ai fait plusieurs disques. Les gens comme vous me disent : « Oh maintenant, vous êtes très rock et ils vous définissent comme ça et ils pensent ohhhhhhh (on comprend : plein de mauvaises choses) ». Ils ne sont pas d’accord avec ce que tu leur dis, c’est frustrant.

Si je comprends bien, vous détestez quand les gens vous mettent…?

… mettent dans des cases, exactement !
Il n’y a pas de boîte. Je ne suis pas dans une boîte (rire encore crispé). Les gens me parlent de rock ’n roll. Maintenant, je fais un autre disque.

Et vous êtres très productif, vous comptez beaucoup de disques à votre actif…

Je fais beaucoup de disques, beaucoup de rock! (rire ironique) C’est ma passion majeure et c’est ce que j'adore faire. Je me sens mieux quand je le fais. Mais je fais ça aussi depuis longtemps. Je ne pense pas que ce soit extrême. En France, certains artistes ne produisent rien pendant des années. Mais chacun a sa propre relation à la musique.

Est-ce que vous voyez une différence entre vos publics nord américain et français ?

Hum, hum, (silence) je ne sais pas. Je pense que c’est pas la question du quand et du où. Je pense qu’à chaque fois c’est différent… et la même chose alors… c’est dur de se faire une idée.

Propos recueillis par Marie Castro

2009/01/15

INTERVIEW : 2009-01-15 Joseph Arthur gets his house in order (by Lorraine Carpenter)





“I love the city, so I’m always happy to come up there,” says Joseph Arthur, about his ubiquitous presence in la belle province. “Although it’s probably full of snow, isn’t it?”

The sidewalks are clear in Manhattan, where the singer-songwriter and visual artist has recently relocated from Brooklyn, following the closure of his art space, the MOMAR. Arthur is touring with a four-piece rock band, the Lonely Astronauts, in support of their recent album, Temporary People. The tour includes three Quebec dates, more than your average anglo band, and although his frequent visits are largely due to his manager being based in Montreal, Arthur has earned a Québécois audience that follows his every move.

Mirror: So you released a string of solo EPs last year, then the album with the band. What’s in store after this tour?

Joseph Arthur: At the moment, I’m just working on one solo record and trying to simplify everything. That’s the way a lot of this stuff always has worked for me, reacting off of old philosophies or reacting against what you just did to inspire a new direction.

M: Are you still painting?

JA: I just moved out of my gallery and now I’m living in a little apartment so that too is changing shape. I’ve just built a studio in the apartment, so I’ve been really concentrating on music lately but I have ideas about which way I wanna go in art. Given my new surroundings, I have to make everything smaller—I’m looking forward to that too.

M: Do you think the MOMAR will ever reopen?

JA: I feel like that was part of a pattern of places I’ve had that have gotten more and more crazy and out of control. But maybe. Certain things would have to change. The economy would have to lighten up, and I don’t know when that will ever happen.

M: I notice that you’ve done a lot of work with charities and been involved in socially conscious projects.

JA: I don’t really seek it out, but I usually feel enthusiastic if somebody asks me to be involved in something. Most people would react that way. But it’s something that’s a bit awkward to talk about in an interview because it could easily come off as self-promotion.

M: I’m interested in your trip to Northern Uganda, where a group of people were given art supplies for the first time. What kind of work did they create? Was it generally reflective of their situation?

JA: Their problems were reflected in the work, that’s what they immediately started painting. It was just amazing to be there, to be a part of it. It was so intense, it goes beyond anything I could say.

M: You’ve written the occasional political song, like “Rages of Babylon,” but if you lived in a place afflicted by poverty or war, do you think that would be your primary lyrical influence?

JA: If I was in a war zone, I’d be personalizing it. But because that’s not my existence, for me to write politically, it has to be an intellectual exercise and I don’t really write that way. But sometimes I make the effort to, when it seems appropriate.




WITH JASON BAJADA AT CLUB SODA
TONIGHT, THURSDAY, JAN. 15, 7:30 P.M.,
$23, $18.25 FOR STUDENTS, ALL AGES







2009/01/10

INTERVIEW : 2009-01-10 Joseph Arthur : le Québécois d'adoption (by Nicolas Houle)


(Québec) Il a grandi à Akron, en Ohio, il est établi à New York et voilà qu'il songe à s'installer au Québec. Au fil des ans, Joseph Arthur a développé une complicité exceptionnelle avec le public d'ici, se produisant sur une base régulière, en plus d'offrir des expositions. À la veille de son passage à l'Impérial, le chanteur et guitariste a donné une généreuse entrevue au Soleil, discutant de son lien avec la Belle Province, de la dure réception de Let's Just Be et du conservatisme de l'industrie musicale.


Q Vous êtes devenu un habitué du Québec. Encore cet automne, on projetait en première mondiale le documentaire You Are Free, à Montréal, tandis que votre expo Wig prenait l'affiche. Ici, c'est chez vous?

R Je ne sais pas trop. J'aime ça là-haut. Parfois je pense à m'y établir. Ça me semble un lieu à la fois jeune et créatif. En plus, c'est près de New York.



Q Avec le récent Temporary People, votre deuxième album en compagnie des Lonely Astronauts, vous avez opté pour une approche plus soignée que sur l'album précédent, Let's Just Be... Avez-vous été déçu par l'accueil tiède qu'avait reçu ce disque?

R Let's Just Be était une sorte de célébration. C'était un groupe qui se réunissait, qui explorait sur le plan créatif. Avec Temporary People, c'est une formation qui a une mission, qui s'efforce d'arriver avec quelque chose de cohérent. (...) Let's Just Be a été mal compris. Les gens y ont vu le côté superficiel et ont basé leur jugement là-dessus. Une partie du fil conducteur tenait au fait que c'était centré sur l'énergie qui se dégageait des performances et ç'a pu être perçu comme négligé ou échevelé. Je croyais que les gens seraient ouverts à quelque chose de peut-être plus frivole, farfelu, mais, curieusement, le monde de la musique est conservateur.

Q Vous écrivez et enregistrez beaucoup. Dans la dernière année, en plus de Temporary People, vous avez fait paraître quatre mini-albums. Vous préférez écrire d'un jet ou vous êtes du type à polir longtemps vos pièces?

R Il y a un peu des deux. Je suis d'abord mon instinct. J'essaie d'être très attentif à ce qui se passe autour de moi. (...) Ce qui est amusant, c'est que les gens me disent «oh, vous êtes prolifique», mais pour moi, faire de la musique est quelque chose de facile et d'amusant. Je pourrais en faire davantage, mais on vit à une époque conservatrice. Et lorsque vous transgressez les règles, la réaction des gens, à court terme, n'est pas très positive. À long terme je crois que ce l'est, mais à court terme il y a une espèce de suspicion.

Q Vous prouvez, en quelque sorte, que les auteurs-compositeurs peuvent écrire bien plus que 10 chansons aux deux ans...

R Plein de grands compositeurs ont écrit leurs plus gros succès en 15 minutes. Bien sûr, c'est une sorte de miracle d'inspiration qui n'arrive pas à tout coup, mais si les attentes du public étaient plus élevées, la production le serait aussi. Je peux commencer à travailler sur un disque aujourd'hui et il est fort possible que, si je m'y mets sérieusement, dans un mois j'aie 10 pièces de complétées. Tout ça pour dire que moi, je ne fais rien de tout ça! Je me sens accusé d'être prolifique alors que je ne suis pas très discipliné. J'adore mon métier, mais je me retrouve à deux heures l'après-midi à regarder tous les films qui me tombent sous la main... J'ai du fun!

Q Vous avez votre propre étiquette, vous écrivez textes et musique, vous avez votre site Web, en plus de peindre. Pour pouvoir faire tout ça, ça prend une équipe. Combien de personnes y a-t-il derrière Joseph Arthur?

R Ça change continuellement. Il n'y a pas un nombre précis de personnes, mais ça peut varier de 3 à 10 personnes de façon régulière. (...) En plus du reste je tenais aussi une galerie jusqu'à il y a peu. C'était fou. C'était trop. Là, je ferme ça et je me sens en vacances! Je crois que j'ai atteint les limites de ce que je pouvais faire en même temps.

Q Vous avez participé à différents projets liés à des causes humanitaires. Vous avez du pouvoir avec votre musique?

R Tout le monde en a. Cela dit, je ne me sens pas particulièrement comme un activiste. Je crois que je devrais passer davantage de temps à faire des actions humanitaires et quand les occasions se présentent, j'essaie de ne pas les laisser passer. En revanche, je ne sens pas que je dois être l'éducateur de qui que ce soit d'autre que moi.

Q Comment avez-vous réagi à la projection du documentaire You Are Free? C'est une sorte de consécration?

R C'est étrange, car, déjà, ça remonte à loin : l'enregistrement s'est fait en 2005. Je trouve bizarre de voir toutes ces séquences où j'apparais. Mais j'ai trouvé ça assez révélateur. On voit le premier concert où je peignais tout en faisant de la musique et je crois que c'est assez cool, car le film a immortalisé ça à un moment où ça m'inspirait profondément de relever ce défi.

Q Quand on vous regarde sur scène, vous semblez très concentré, voire timide... À quoi ressemble votre relation avec vos fans?

R C'est une relation étrange, mais toutes les relations sont étranges... Je me sens encouragé et j'essaie de rendre aux fans ce qu'ils m'apportent. J'en ai certainement perdu quelques-uns en cours de route, mais si vous ne vous mettez pas de gens à dos, c'est signe que vous ne faites rien. J'apprécie le soutien des fans, ça me permet de faire ce que je fais. Et au bout du compte, tout à voir avec les fans : s'ils n'étaient pas là, que feriez-vous? Moi, je ferais quand même de la musique. Vraiment. Je suis déjà passé à travers les phases d'être accepté et de ne pas l'être, d'être cool et de ne pas l'être. Et rien de tout ça ne secoue l'essence de mon travail. J'ai besoin d'être créatif pour vivre.